J’ai testé pour vous le voyage en avion plus long que le train

bali_avion.jpgEntre Air France et moi, une véritable histoire d’amour est née il y a environ quatre ans et demi, lorsque j’ai débarquée dans le sud de la France. Au début, tout était beau, tout était merveilleux. Forcement en concurrence avec la voiture et le train qui chacun me demandait une journée entière pour rentrer chez mes parents, les voyages en avion avaient alors beaucoup de charme. Depuis je pourrais dire que les choses ont légèrement évolué, la romance s’est peu à peu transformée en cauchemar! A tel point que je me demande aujourd’hui si je déteste plus la SNCF ou Air France? Je ne sais plus si j’ai eu plus de problèmes avec le train (alerte à la bombe, retard impossible ou animaux sur la voie…) ou avec l’avion (retards, correspondances impossible, valise perdue…)

Dans tous les cas, cette malédiction des transport me poursuit même pour le moindre petit week-end en famille. Et ça commence à bien faire!

La dernière en date, hier soir! Après quatre jours à câliner mes minettes, me voilà sur le retour. Pas vraiment le choix les RTT s’est sympathique mais je n’en ai pas autant que je le souhaiterai.

Arrivée à l’aéroport, première bonne nouvelle le vol a 20 minutes de retard. Pour le moment, rien de catastrophique, la correspondance à Paris est toujours possible. Valise limite trop lourde, mais je peux la garder avec moi en cabine, merci le gentille hôtesse. Passage à la police un peu compliqué car j’ai eu la bonne idée d’emmener du ravitaillement en bonnes choses de chez moi. Là encore une gentille demoiselle m’autorise à passer quand même! Le voyage commençait sous de bons augures! Mais cela n’a pas duré…

Salle d’embarquement, les 20 minutes sont devenues 30 puis 40 minutes… Là ça va être dur, il va falloir courir à Paris. L’appareil que nous attendions est en panne, nous changeons d’appareil. Au moment de monter dans l’avion nous avons 45 minutes de retard. L’hôtesse me dit qu’ils ont prévenu le vol de Paris, donc je tente ma chance en montant dans l’avion. Je commence tout de même à désespérer…

Dans l’avion encore 20 minutes d’attente. Je n’y crois plus du tout mais je ne peux plus faire demi-tour. Nous décollons. Au cours du vol, nous avons droit à de nombreuses turbulences, en plus du stress je te dis pas dans quel état j’étais. Histoire de nous rassurer le copilote s’est permis une petite balade au cours du vol histoire de constater un problème technique au niveau de la porte arrière découvert par l’hôtesse. Zen restons zen, nous naviguons dans une passoire au milieu d’une petite tempête!

Enfin arrivé à Paris, le doute n’était plus permis, il n’y avait plus aucun vol pour Nice, avant ce matin. Très détendues des hôtesses nous ont pris en charge tels des bagages égarés (dans mon malheur j’ai eu la chance de n’être pas seule, une seconde jeune fille et son chiwawa tentait de rejoindre les températures plus supportables du sud de la France) Nous recevons une petite trousse de toilette (encore qu’il a fallu que j’insiste car comme j’avais ma valise, ils ne voulaient pas me la donner. Sauf qu’avec leurs règles à la noix d’aucun liquide supérieur à 100ml je voyage entre chez moi et mes parents sans trousse de toilette) et un bon pour l’hôtel. Après à nous de trouver la navette et l’hôtel.

J’étais tellement énervée que je n’ai pas trouvé le sommeil avant 1 heure du matin.

On aurait pu croire que l’histoire s’achèverai là. Mais non, je peux ou plus exactement Air France peut faire encore mieux!

Le lendemain à 5 heures du matin, debout! La navette à 5h30. Trouver la salle d’embarquement, passer la police. Tout semble enfin nous sourire ce matin…
Sauf que… embarquement différé de quelques minutes car la passerelle est en panne. Ah ben tient la passerelle, après l’avion passoire, c’est original. Mais bon avec la maîtresse et son chiwawa, nous sommes prêtes à grimper à la corde pour entrer dans cet avion et enfin partir. Bon finalement, on nous propose un escabeau, c’est déjà plus pratique.
Mais la meilleure reste à venir! Au moment d’embarquer, le steward nous a fait le coup de l’excès de zèle! Ma copine de galère n’avait soit disant pas le billet pour son chien, elle n’avait que le premier tronçon, limoges paris! Nous mais je rêve, vous y croyez vous qu’elle aurait acheté un billet deux tronçons pour elle et un seul tronçon pour le chien. On ne va pas le larguer par le hublot dans la pollution parisienne!

Nous étions prêtes à mordre toutes les deux tellement que le mec a finalement été sympa, et nous a d’après lui offert le billet du chien.

Donc voilà prêt de 10 heures après l’heure prévue, nous avons finalement retrouvé le soleil de la Côté d’azur!
Mais je crois bien que je vais demander le divorce! L’histoire d’amour entre les oiseaux de fer volants et moi n’a plus du tout lieu d’être…

12 thoughts on “J’ai testé pour vous le voyage en avion plus long que le train”

  1. C’est hallucinant cette histoire… On croirait moi!!! Je les collectionne aussi systématiquement. Un de mes records, c’est d’avoir mis 15h pour aller de Marseille à Cluses (dans les Alpes). Locomotive en panne au milieu de nulle part, par canicule et sans clim, assise à côté d’une Mamie déshydratée… A chaque fois ça me tombre dessus! Enfin maintenant, je sais que nous sommes au moins deux!
    J’espère que tu arriveras à te reposer pour récupérer un peu… Moi aussi je suis super naze là, mais c’est mon boulot qui me prend trop la tête… Allez, gros bisous et bon courage!

  2. Alors en fait la malédiction est partagée ! 😉 15h pour faire Marseille Cluses effectivement ce n’est pas mal! On pourrait presque lancer un concours 😉
    Mais je t’assure que moi j’ai le chic pour avoir droit à toutes les m*des possibles. Celle qui n’est encore jamais arrivée sera testée avec moi!

    Ce matin je suis un peu mieux réveillée, mais j’ai annulé la piscine ce midi, sinon je vais couler en m’endormant au lieu de nager. Quoique c’est  peut être la solution pour faire mieux connaissance avec le maître nageur!  😉
    Bon courage à toi, je sais pour avoir eu ma part à une époque que les soucis de boulot sont bien souvent les plus durs à supporter, et aussi qu’ils passent bien moins vite qu’un avion raté! gros bisous!!

  3. C’est déjà assez ennuyant seule ou en couple, alors avec des enfants en bas age, j’imagine bien le souci! Quand mes collègues me disent de faire des enfants alors qu’à même pas 25 ans je pense que j’ai le temps, c’est exactement le genre de situations auxquelles je pense, et je me dis pas tout de suite non merci!

    Au fait c’est héréditaire la poisse? non parce que si c’est le cas il va vraiment falloir y réfléchir 😉

  4. Bon alors moi: alerte à la bombe, j’ai déjà eu à l’aéroport de Bâle-Mulhouse (sac de voyage oubli!!!). Coté train: 12h pour faire Paris-Mulhouse au lieu de 4h30 (avant le TGV!) dans un train blindé qui roule à 30 km/h car la locomotive a laché. 24h pour faire faire Toulouse Clermont-Ferrand pour cause d’imtempéries (effondrement de la voie). je suis arrivée le samedi à 18h, j’ai fait un bisou à mon chéri et je suis repartie le dimanche à 10h. C’est beau l’amour!!!

  5. hihi vous êtes en train de me donner des idées de patates chaudes les filles! Mais j’aprécie beaucoup d’apprendre que je ne suis pas la seule à galérer avec la SNCF et Air France.
    Et là miss boulette j’avoue que tu me bats largement en durée avec tes 24 pour faire Clermont / Toulouse!

  6. Tu as raison on devrait lancer un concours!! Je t’avoue que j’aurais l’ambarras du choix de la situation 😉
    C’est toujours bon de se sentir moins seule dans ces situations!!

    Côté boulot, c’est vrai que c’est difficile en ce moment. Du coup ça me pompe beaucoup plus d’énergie que ça ne devrait…
    Bon courage pour cette nouvelle journée!

  7. Bon je crois que ça va être mon tour de lancer des patates chaudes 😉 je termine de répondre à toutes celles que tu m’as lancé et je m’en occupe !
    Le boulot c’est fou avec le temps qu’on y passe cela devrait toujours être un plaisir, mais je crois que même si l’on choisit bien sa voie, son entreprise, son poste… il y a toujours des choses (ou des gens ) qui rendent le tout difficile à un moment ou à un autre. Je te souhaite que la situation s’améliore vite, d’une manière ou d’une autre!
    Plein de courage pour aujourd’hui !

  8. Tu sais, c’est l’histoire de ma vie! J’ai eu un accident ado juste avant de passer mon prix de violon (coup du lapin, fracture de la main, etc…) et du coup je n’ai pas pu poursuivre dans cette voie. J’ai bavé de séquelles et de rééducation pendant des années. Depuis deux ans, je reprends le violon à fond en étant suivie par une kiné spécialisée et une prof extraordinaire mais le parcours est franchement difficile. J’ai fait des études, et j’ai un poste qui pourrait en satisfaire plus d’un, mais je ne suis nulle part à ma place; c’est le problème… Enfin, il y aura des jours meilleurs!! Je n’en baverais pas tant si ça ne valait pas la peine!
    Bon courage à toi aussi!

  9. Effectivement, je vois que tu en as bavé plus qu’à ton tour toi aussi. Finalement je devrais arrêter de me plaindre !
    N’empêche il m’arrive de ne pas vraiment me sentir à ma place moi aussi, de ne pas comprendre pourquoi les tuiles tombent toujours sur ma tête et pas sur celle du voisin. La prochaine fois j’essaierai de relativiser et de penser que même si cette tuile là est pour moi, il y en a pour d’autres aussi.

    En même temps ne pas se sentir à sa place permet de se remettre en question et d’avancer aussi. Et comme tu dis, si le résultat est là ensuite cela en vaut la peine!

    Aller on se motive, c’est bientôt le week-end! 😉

  10. Wahou !! ébé…
    Dans ces moments-là, le bon truc est de relativiser : OK c’est l’angoisse et tout et tout… mais ça te fais des choses à raconter sur ton blog !! :-)

    A quand le voyage en montgolfière ? 😉

  11. Sur le moment, j’aurai voulu avoir mon ordinateur pour me défouler en écrivant, c’est fou comme cela me soulage quand je suis énervée!
    Avec la chance que j’ai la montgolfière prendrait feu avec moi… 😉

Leave a Reply to Poumok Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *